Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 07:00

See text in english below

Il était une fois
John Maynard Keynes, auteur du récit de l’après-crise de 1929. Récit, comme construction d’une histoire, celle de la… reconstruction, justement, de l’économie mondiale. Un reconstructeur d’histoire (pas un raconteur de bobards), c’est justement ce dont nous avons bien besoin aujourd’hui. Y’a-t-il quelqu’un pour reprendre le flambeau, à la fois économique et politique ?

 

Keynes, c’est une histoire vraie d’accompagnement du monde vers la sortie de crise (on l’appelle même « la figure tutélaire de la macro-économie moderne »), doublée d’une histoire personnelle enthousiasmante.

 

A partir d’un livre unanimement salué comme étant… mal écrit et mal construit -« Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie »-, difficile à lire en plus, Keynes a réussi à inspirer le monde longtemps encore après sa mort (en 1946), des sociaux-démocrates aux libéraux.

 

Artiste, économiste et conseiller politique, tout à la fois, homosexuel puis époux d’une ballerine russe (tiens, avec même un petit côté bling-bling) : l’homme double même son « histoire publique » d’une « histoire privée » hors du commun.

On peut dire d’une certaine façon que c’est un héros.

 

Avec Keynes, il y avait une dimension collective du récit, une applicabilité, une force d’inspiration.

Aujourd’hui, l’héritier spirituel de Keynes s’appelle Joseph Stiglitz, prix Nobel certes, dont le fait de gloire le plus récent a été la mission de réflexion que lui a confiée Nicolas Sarkozy. Pas de quoi en faire une histoire.

 

Aujourd’hui, nous avons des histoires d’entrepreneurs, Steve Jobs, Jeff Bezos, des histoires fortes mais personnelles, individuelles, adaptées à un contexte particulier, celui de leur entreprise.

Comment les reproduire, les transposer ? Quelqu'un travaille t-il dessus ? Non.
Chiche, on s'y met ?

D'autres billets sur le storytelling économique : la fiction de la crise financière et la crise racontée en BD

Text in english :

One upon a time, there was John Maynard Keynes, who authored the after 1929 crisis narrative.
Nowadays, is there somebody  to replace him ?

Keynes guided the world towards the end of the crisis, and added a strong, specific personal Story to the political-economical narrative.
Part of the Story is his book, which is notably badly written, badly constructed, but which still inspires a whole bunch of officials.

He was both an artist, an economist and a political councelor. He was gay but married a russian ballet standout : he had a real public and private Story.

Todays, we have some entrepreneurial Stories, Jobs and Bezos-like. These are strong Stories, but personal, individual ones. They lack the collective dimension Keynes managed to develop.
How to reproduce their Stories, how to make them inspirational ?
Let's work on that task !


Bookmark and Share

Partager cet article

Repost 0
Published by Storytelling - dans Stories
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Storytelling
  • Storytelling
  • : Le storytelling ? C'est raconter une histoire, pour être plus efficace en management, marketing et ailleurs ! Raconter des histoires ? OK, mais des histoires authentiques, saines, pas des "bobards". Sinon ce serait trop facile. Et puis, l'objectif, ce n'est pas de duper, "d'arnaquer" pour parler plus clairement, mais simplement d'être plus performant. Si, si, c'est possible, sans berner personne ! Nos offres de formation Storytelling : http://www.storytellingfrance.com
  • Contact

Storytelling, le livre

Recherche

Catégories

Des livres


J'écris aussi des livres... qui racontent des histoires, bien-sûr, le storytelling n'est jamais loin.

 

Un météore dans la tête


Mangez sauvage


Grand-Papy malgré lui

Il était une croix


Nouveauté : Rires post-mortem