Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 07:00

 

Le storytelling n’est pas seulement fait d’histoires personnelles. Des histoires d’autrui voire d’autres entreprises sont tout à fait utilisables. Et même des histoires fictives, si elles délivrent un message tout aussi authentique qu’une histoire vraie, voire plus.


Voici donc 5 histoires, prêtes à l'emploi, à utiliser dans les cas appropriés :

  • J.F. Kennedy a déclaré un jour : « il y a des risques et des coûts dans un plan d’action, mais ils sont beaucoup moins élevés que les risques et les coûts à long terme d’une confortable inaction ». JFK est mort assassiné, en partie pour les idées qu’il voulait mettre en œuvre. Il ne savait pas qu’il y perdrait la vie, mais savait qu’il s’attaquait à des gens prêts à tout pour préserver leurs acquis. Moralité : le coût à payer à long terme de son éventuelle inaction aurait été encore bien plus lourd que la mort.


  • L’histoire de la grenouille, ou comment l’évidence et la simplicité ne sont pas toujours bonnes conseillères :
    Un biologiste menait des recherches sur les grenouilles. Son focus : la longueur du saut des grenouilles. Premier essai : la grenouille franchit 15 cm. Le biologiste écrit : grenouille avec 4 pattes, saute 15 cm.
    Deuxième essai, après avoir amputé la grenouille d’une patte : le bond se limite à 10 cm, reporté sur sa fiche de suivi.
    Troisième essai, il ne reste alors plus que deux pattes à la grenouille : grenouille avec deux pattes, bond de 5 cm.
    Quatrième essai, encore une patte en moins.
    Pour le dernier essai, le biologiste coupe l’ultime patte restante, et là, la grenouille ne saute pas. Il écrit donc : grenouille sans pattes, devient sourde.

 

  • Une histoire qui montre que la collaboration et les initiatives créatives participatives sont plus efficaces que le recours à la force et l’autorité :
    Un enfant est traumatisé par le cambriolage de sa maison parce que ses petites économies ont disparu ainsi que des objets auxquels il tenait tout particulièrement.
    Les parents se doutent bien de l’identité des auteurs de ce méfait et vont donc voir le père de l’un des suspects, qui leur conseille d’aller voir la police, histoire de donner une leçon à ces jeunes délinquants.
    La police commence son enquête, en ayant beaucoup de mal à voir les parents des suspects dont la vie est pleine de problèmes.
    L’enquêteur chargé de l’affaire décide alors de ne pas passer par les voies habituelles mais d’innover : les jeunes délinquants sont donc requis, de manière informelle, pour faire des travaux dans la maison et le jardin cambriolé, et bien-sûr tout ce qui a été volé est restitué.
    Mais pour l’enfant traumatisé, quelque chose manque dans toute cette histoire : une grande fête du pardon, avec non seulement les auteurs du cambriolage mais aussi leurs parents et connaissances.
    Une forme de thérapie pour chacun.

  • L’expertise n’est pas toujours là où on l’imagine.
    Vers la fin des années 90, 15 habitants de Boston aux Etats-Unis ont été réunis pour étudier les enjeux des télécommunications. Il y avait là un sans-abri, un cadre du secteur des hautes technologies, un fermier à la retraite, un jeune diplômé…
    Pendant plusieurs week-ends, ils ont eu droit à des lectures et des présentations de base. Ils ont ensuite écouté 10 heures de témoignages d’experts, puis leur ont posé des questions. Après avoir délibéré, ils ont écrit des recommandations, judicieuses, toutes simples ou plus ambitieuses et de long terme.
    Ces citoyens ordinaires en savaient alors plus sur le sujet que le parlementaire moyen appelé à voter des lois sur ces sujets !


  • Dernière histoire, celle de l’abbé Pierre, que j’ai raconté ici. C’est une histoire spéciale, pour les sceptiques du storytelling.

    Bookmark and Share

Partager cet article

Repost 0
Published by Storytelling - dans Stories
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Storytelling
  • Storytelling
  • : Le storytelling ? C'est raconter une histoire, pour être plus efficace en management, marketing et ailleurs ! Raconter des histoires ? OK, mais des histoires authentiques, saines, pas des "bobards". Sinon ce serait trop facile. Et puis, l'objectif, ce n'est pas de duper, "d'arnaquer" pour parler plus clairement, mais simplement d'être plus performant. Si, si, c'est possible, sans berner personne ! Nos offres de formation Storytelling : http://www.storytellingfrance.com
  • Contact

Storytelling, le livre

Recherche

Catégories

Des livres


J'écris aussi des livres... qui racontent des histoires, bien-sûr, le storytelling n'est jamais loin.

 

Un météore dans la tête


Mangez sauvage


Grand-Papy malgré lui

Il était une croix


Nouveauté : Rires post-mortem