Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 07:00

Etre un leader et utiliser le storytelling, ce n’est pas seulement trouver et raconter des histoires tirées de son passé, de son environnement ou de son imagination. Ce n’est pas seulement être un homme de paroles, c’est aussi être un homme d’actions capables de générer elles-mêmes des histoires qui circuleront dans l’entreprise ou dans son univers de business.

Des histoires positives, bien entendu.


Plus facile à dire qu’à faire : on peut assez aisément maîtriser son comportement, maîtriser ce que les autres en diront, ça c’est plus délicat. Cela réclame en tout cas une écoute des histoires que l’on génère soi-même et une observation de leurs effets sur le personnel de l’entreprise.


Mais le résultat peut être très intéressant.


Exemple :


Le nouveau grand patron d’une banque avait, à son arrivée, procédé à une restructuration massive. Après tout, c’est bien pour cela qu’il avait été recruté. Et bien-sûr, beaucoup d’histoires se sont mises à circuler après cela, dans la banque et au sein de la communauté des clients.

Classique.

Ce qui l’est moins, ce sont les deux autres décisions prises par ce patron qui n’était finalement pas qu’un chasseur de coûts. Il s’agit de décisions en apparence anodines mais riches de symboles.


Deux décisions déclencheuses d’histoires :

  • Alors qu’auparavant, seuls les dirigeants de l’entreprise pouvaient réserver des salles de réunions, dorénavant, tout un chacun serait habilité à le faire
  • Jusque là, une espèce de bulle préservait les grands patrons successifs de la banque de pratiquement tout contact avec les employés, au point qu’ils n’avaient même pas besoin de traverser l’entreprise pour accéder à leur bureau ; et bien à partir de maintenant, place au démantèlement de la bulle.

On imagine les histoires positives que cela a pu générer.


Ces décisions toutes simples permettent de faire comprendre d’autres décisions telles que le fait pour le patron, de s’entourer d’une « barrière de sécurité » constituée de conseillers : comme l’a déclaré effectivement un employé de la banque, « cela se comprend, avec toutes ses responsabilités et son emploi du temps ».


Etre ouvert, ce n’est pas forcément chronophage, pour peu que l’on mette en place des garde-fous, et que des histoires fassent une partie du travail.

D'autres posts sur le leadership : Ne pas scier la branche / Don’t cut the tree et Les secrets d'un bon manager


Bookmark and Share

Partager cet article

Repost 0
Published by Storytelling - dans Bases
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Storytelling
  • Storytelling
  • : Le storytelling ? C'est raconter une histoire, pour être plus efficace en management, marketing et ailleurs ! Raconter des histoires ? OK, mais des histoires authentiques, saines, pas des "bobards". Sinon ce serait trop facile. Et puis, l'objectif, ce n'est pas de duper, "d'arnaquer" pour parler plus clairement, mais simplement d'être plus performant. Si, si, c'est possible, sans berner personne ! Nos offres de formation Storytelling : http://www.storytellingfrance.com
  • Contact

Storytelling, le livre

Recherche

Catégories

Des livres


J'écris aussi des livres... qui racontent des histoires, bien-sûr, le storytelling n'est jamais loin.

 

Un météore dans la tête


Mangez sauvage


Grand-Papy malgré lui

Il était une croix


Nouveauté : Rires post-mortem