Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 07:00
Le terme a été popularisé depuis mai 68 et les fameux « accords de Grenelle ». Il fait depuis partie des classiques de la langue… journalistique et, plus récemment, du langage courant de nos hommes politiques. Ce n’est pas anodin et cela nous raconte une histoire.


Il y a le Grenelle de l’environnement, qui date d’octobre 2007. Il y avait déjà, la même année, le Grenelle de la formation, proposé par M. de Villepin. Il y a également le Grenelle de l’insertion, une idée de 2007 également, décidément une année sans gros nuage mais avec beaucoup de Grenelle.

Le projet de Grenelle de la mer, lui, a été lancé récemment. On a aussi, autre épisode de la même série, le mini-Grenelle de la téléphonie mobile, ou Grenelle des antennes. Et peut-être un jour le Grenelle de la faute à pas de chance si la crise se prolonge.


De quoi s’agit-il exactement :
d’un débat, souvent conflictuel, sur un thème spécifique, en vue d’une prise de décision ou au minimum de position.

Le mot Grenelle, lui, tire son origine du nom d’une commune annexée à la ville de Paris en 1860 et la rue de Grenelle serait l’ancienne route qui y menait. Et était, en 1968, le siège du ministère du Travail.


Vu comme cela, un Grenelle est quelque chose d’éminemment positif.

Il faut cependant remonter à 1968 pour en avoir une vision plus exacte.

Les fameux accords de la rue de Grenelle n’ont en fait jamais été signés et ont été rejetés par la base, qui a poursuivi grève et démonstrations de force. C’est en fait la dissolution de l’Assemblée nationale par le général de Gaulle et le triomphe de ses partisans aux élections qui mettront fin à la crise.


L’usage actuel du mot serait donc erroné par rapport à sa signification historique ? Ou est-ce le contraire ? Est-ce le lieu où un panel d’experts se réunit pour parler et prendre des décisions sans que le public ait forcément son mot à dire ?

Selon, l’histoire n’a pas le même sens.


Quelques enseignements de storytelling :

  • un mot suffit pour faire une histoire

  • ce mot laisse alors aux auditeurs une large autonomie pour s’approprier l’histoire

  • d’où la nécessité, s’il s’agit d’une histoire existante, personnelle ou empruntée à autrui, de s’assurer que les risques d’ambiguïté sont les plus réduits possibles

    Promouvoir cet article :
    AddInto

Partager cet article

Repost 0
Published by Storytelling - dans Stories
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Storytelling
  • Storytelling
  • : Le storytelling ? C'est raconter une histoire, pour être plus efficace en management, marketing et ailleurs ! Raconter des histoires ? OK, mais des histoires authentiques, saines, pas des "bobards". Sinon ce serait trop facile. Et puis, l'objectif, ce n'est pas de duper, "d'arnaquer" pour parler plus clairement, mais simplement d'être plus performant. Si, si, c'est possible, sans berner personne ! Nos offres de formation Storytelling : http://www.storytellingfrance.com
  • Contact

Storytelling, le livre

Recherche

Catégories

Des livres


J'écris aussi des livres... qui racontent des histoires, bien-sûr, le storytelling n'est jamais loin.

 

Un météore dans la tête


Mangez sauvage


Grand-Papy malgré lui

Il était une croix


Nouveauté : Rires post-mortem