Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 07:00

La nouvelle est tombée au cours de l’été : un autoportrait de Nicolas Sarkozy par lui-même, dans ce journal plutôt de gauche qu’est le Nouvel Observateur.

Une manière d’enfoncer le clou face à une gauche en grande difficulté ? Pas forcément, pas seulement.

Il s’agit aussi de storytelling. Nicolas Sarkozy poursuit le récit de l’histoire qu’il anime, qui l’anime et qui, fonction présidentielle oblige et parce que Nicolas Sarkozy est Nicolas Sarkozy, augure de la nôtre.

Alors qu’est-ce qu’il y a dans cette histoire racontée par le Nouvel Observateur ?

Elle commence classiquement, du moins selon les standards sarkozyens. C'est-à-dire qu’on apprend, constante servie depuis son élection, que Nicolas Sarkozy ne fait rien comme ses prédécesseurs mais transgresse les tabous ou pseudo considérés comme tels.

Rien de notable dans cette histoire, déjà connue.


La suite est plus intéressante.

Ce sont des regrets, des erreurs que Nicolas Sarkozy exprime, s’agissant notamment du fameux dîner au Fouquet’s qu’on lui a si souvent reproché. Mieux encore dans un contexte de storytelling, il invoque ses difficultés conjugales du moment pour expliquer ses errements. De l’émotion, de la fragilité sans pour autant paraître pitoyable : des ingrédients traditionnels d’une bonne histoire de leader.

Regrets également pour ses emportements verbaux.


Nicolas Sarkozy veut raconter l’histoire d’un homme qui change, mais attention il ne s’agit pas ici de renoncement, il s’agirait plutôt de reculer, ou de faire comme si, pour mieux sauter. Inspirer confiance pour convaincre que notre société a besoin d’une nouvelle histoire fondatrice et que celle que propose Nicolas Sarkozy est, non pas la bonne mais la seule possible.


Regarder ce que racontent les différentes forces traditionnelles en présence –syndicat, patronat…- à ce propos donne une petite idée des rôles que les différents personnages seront appelés à jouer dans cette histoire.

Après, c’est à chacun de décider si c’est cette histoire qu’il souhaite vivre ou s’il souhaite la commenter, sans autre possibilité d’action. Car in fine, c’est bien de cela dont il s’agira.

C’est le lot des vainqueurs et des vaincus.



D'autres posts récents sur le storytelling sarkozyen : Nicolas Sarkozy et la fin de l’Histoire  et La meilleure et la pire histoire de Nicolas Sarkozy

Promouvoir cet article :
AddInto

Partager cet article

Repost 0
Published by Storytelling - dans Débats
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Storytelling
  • Storytelling
  • : Le storytelling ? C'est raconter une histoire, pour être plus efficace en management, marketing et ailleurs ! Raconter des histoires ? OK, mais des histoires authentiques, saines, pas des "bobards". Sinon ce serait trop facile. Et puis, l'objectif, ce n'est pas de duper, "d'arnaquer" pour parler plus clairement, mais simplement d'être plus performant. Si, si, c'est possible, sans berner personne ! Nos offres de formation Storytelling : http://www.storytellingfrance.com
  • Contact

Storytelling, le livre

Recherche

Catégories

Des livres


J'écris aussi des livres... qui racontent des histoires, bien-sûr, le storytelling n'est jamais loin.

 

Un météore dans la tête


Mangez sauvage


Grand-Papy malgré lui

Il était une croix


Nouveauté : Rires post-mortem