Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 07:00

Un leader peut-il se permettre d’être rapide et agressif en temps de crise ?

Autrement dit : raconter une histoire dans laquelle il apparaît comme étant particulièrement rapide dans ses décisions et ses actions, et presque fou furieux genre couteau entre les dents (les commerciaux ont un terme plus cru associant un couteau et l’agressivité, mais on va s’en passer).

Est-ce donc une histoire appropriée en temps de crise ? Oui.


Pourquoi ?

Paul Glover, consultant américain qui a développé le concept de WorkQuake ™ (comme earthquake, tremblement de terre, mais adapté au monde du travail), apporte des réponses.


Tout d’abord : le pire n’est plus à venir

Les mesures les plus désagréables (licenciements, coupes sombres dans les coûts, gel des salaires etc.) ont été prises. Bien-sûr, Paul Glover parle des Etats-Unis, où tout a commencé avec un temps d’avance, mais il est vrai que, même en France, s’il y a toujours des mauvaises nouvelles et qu’il y en aura encore, on a quand même l’impression que le gros de la tempête est passé. C’est donc le moment de cesser de se raconter des histoires de victimes de la récession et le moment d’en raconter d’autres, qui vont dans le sens du changement de la philosophie organisationnelle de l’entreprise, pour dire les choses plus simplement, changer le mode d’organisation.


Comment ? En ne se racontant pas d’histoires : ce ne sera plus jamais comme « avant ».


Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de retour à la prospérité possible, au contraire, peut-être même un retour à davantage de prospérité, mais pas de la même façon qu’avant. Il faut donc raconter de nouvelles histoires : des histoires qui racontent qu’il est inutile de partir à la quête du monde englouti par la récession, mais nécessaire de faire un bond pour vivre et prospérer dans le monde d’aujourd’hui tel qu’il est.


Comment faire adhérer ses troupes ?

En rajoutant une ligne à son histoire, pour préciser que c’est le moment idéal : les concurrents les plus mal gérés ou les plus handicapés par des structures inadaptées ont disparu. Il y a donc plus de place et des clients à conquérir.


Mais encore ?

Une histoire du futur avec des objectifs audacieux, une disruption (rupture) peut s’avérer tout à fait adaptée.

La traditionnelle résistance au changement a été mise à mal avec la crise, il y a donc également plus de place pour une telle histoire. Tout en conservant une attitude éthique : ce n’est pas le moment d’en profiter pour raconter n’importe quoi, car cela se paiera lors de la croissance post-récession.


On ne peut jamais être trop rapide et trop agressif lorsqu’il s’agit de se préparer à une post-récession. Il ne reste plus qu’à en faire une réalité (car dans ce cas, les fictions ne fonctionneront pas).


Promouvoir cet article :
AddInto

Partager cet article

Repost 0
Published by Storytelling - dans Bases
commenter cet article

commentaires

Centrale de réservation 26/09/2009 12:12


Dans ta présentation, j'ai cru que j'allais lire une histoire qui sent le vécue. Au lieu de ça, je trouve ton billet un peu plat...


Storytelling 26/09/2009 17:17


Tout comme les histoires, la valeur des posts n'est pas celle que leur donne leur auteur, mais que leur attribue le récepteur.


Présentation

  • : Storytelling
  • Storytelling
  • : Le storytelling ? C'est raconter une histoire, pour être plus efficace en management, marketing et ailleurs ! Raconter des histoires ? OK, mais des histoires authentiques, saines, pas des "bobards". Sinon ce serait trop facile. Et puis, l'objectif, ce n'est pas de duper, "d'arnaquer" pour parler plus clairement, mais simplement d'être plus performant. Si, si, c'est possible, sans berner personne ! Nos offres de formation Storytelling : http://www.storytellingfrance.com
  • Contact

Storytelling, le livre

Recherche

Catégories

Des livres


J'écris aussi des livres... qui racontent des histoires, bien-sûr, le storytelling n'est jamais loin.

 

Un météore dans la tête


Mangez sauvage


Grand-Papy malgré lui

Il était une croix


Nouveauté : Rires post-mortem